Retour

Benjamin Sultan

Climatologue


Zone(s) géographique(s) :

L’Afrique de l’Ouest


Mon parcours :

Après des études de géographie physique et d'environnement, j’ai été affecté à l'université Pierre et Marie Curie à Paris.


 

Mon sujet d’étude :

J’étudie le changement climatique et ses impacts en Afrique de l'Ouest, et comment les populations  s’y adaptent.


A propos de moi...

Pour quelle(s) raison(s) ai-je choisi ce métier ?

Pour contribuer à l'aide au développement. Pour améliorer la connaissance.

 

J’aime / Je n’aime pas :

J'aime les voyages. Je n'aime pas… les brocolis !

 

Qu’est-ce que je fais quand je ne cherche pas ?

Je me consacre à mes loisirs, comme le sport, ainsi qu’à ma famille.

 

Si j'étais quelqu'un ou quelque chose d'autre ?

Le pianiste et compositeur Glen Gould.

Posez
vos questions !

Qu'appelle-t-on le changement climatique?

Benjamin Sultan

28/10/2016

La température du globe augmente sous l'effet des émissions de gaz à effet de serre. Selon les modèles de climat, on estime que ce réchauffement atteindra entre 0,3°C et 4,8°C d'ici la fin du siècle. Cela a des conséquences importantes sur le climat dans de nombreuses régions du monde, avec l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des canicules, sécheresses, inondations, cyclones... et des risques pour les écosystèmes tels que la fonte des glaciers, l'acidification des océans, la migration et la disparition d'espèces.


Est-il possible d'arrêter les changements climatiques?

Benjamin Sultan

27/05/2016

Hélas non. Même si on arrêtait aujourd'hui toute activité polluante et stoppait les émissions de gaz à effet de serre, le climat continuerait à se réchauffait d'encore au moins 1°C. A cause de la grande inertie de certaines des composantes de la machine climatique comme l'océan, le dérèglement climatique que nous avons provoqués aura donc des conséquences pendant encore des milliers d'années. Ce que l'on peut faire au mieux c'est atténuer ces changements climatiques, anticiper et se préparer à ses conséquences en s'adaptant à ce nouveau climat pour limiter les dégâts.


L'Afrique a-t-elle un rôle dans le changement climatique?

Benjamin Sultan

25/03/2016

En Afrique, le changement climatique risque de réduire la production agricole, de menacer la sécurité alimentaire et d'augmenter les problèmes de santé. Dans ce contexte, elle a un double rôle à jouer : atténuer le réchauffement climatique pour réduire ces risques et s'adapter à leurs effets négatifs.
Même si l'Afrique a peu contribué aux émissions historiques de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique, son développement économique devra se faire sans augmenter ses émissions dans le futur en investissant dans les énergies propres et en gérant durablement ses ressources pour éviter que son développement se fasse au détriment du climat, comme c'est le cas pour l'Inde, le Brésil et la Chine.
Pour faire face aux impacts du changement climatique, elle doit mobiliser et rassembler les décideurs et acteurs des secteurs les plus menacés (agriculture, eau, santé, environnement), sa société civile et les organisations non gouvernementales, afin de mettre en place des stratégies permettant de s’adapter au changement climatique: par exemple la gestion intégrée des ressources hydriques, l'investissement dans les services climatiques et météorologiques et la mise en œuvre de plans d'adaptation pour l'agriculture, comme la sélection de variétés résistantes à la sécheresse ou à la chaleur, l'utilisation de méthodes de stockage d’eau plus efficaces, des techniques issues de l'agroécologie ; mais aussi des mesures pour réduire la vulnérabilité des populations comme la lutte contre la pauvreté, le développement des infrastructures, l'accès aux crédits... Ces mesures d'adaptation seront d'autant plus efficaces si elles reposent sur la meilleure connaissance possible des projections climatiques et de leurs impacts sur le continent, ceci afin d'optimiser les coûts et éviter la "maladaptation" (par exemple promouvoir des variétés résistantes à la sécheresse alors que les précipitations sont attendues en hausse dans les scénarios climatiques).


Quelle est la position que vous donnez à l’Afrique face à ce fléau ?...

Benjamin Sultan

16/11/2015

L’Afrique est particulièrement menacée par le changement climatique au moins pour deux raisons : une grande exposition au risque climatique, car une grande part de la population vit dans les zones côtières ou dans des régions semi-arides dans des conditions climatiques déjà difficiles et dépend des ressources naturelles (eau, végétation) et aux services du milieu comme l’agriculture ; une vulnérabilité importante, car les pays de cette région n'ont souvent pas les capacités financières et institutionnelles pour faire face déjà aux risques climatiques actuels et ils sont de fait mal préparés à une aggravation des risques actuels comme les inondations, les sécheresses…
Parmi les risques engendrés par le changement climatique en Afrique, on peut citer les difficultés d’accès à l’eau potable, avec des sécheresses prévues à l’Ouest du Sahel et en Afrique méditerranéenne, les déficits alimentaires (l'augmentation de températures et la baisse des pluies vont entrainer des baisses de production agricole alors que la population africaine va doubler d’ici 2050) et des problèmes de santé, avec un certain nombre de pathologies qui seront modifiées avec les changements de températures, de pluie et d’humidité.
Une grande partie de ces risques existent déjà et le changement climatique va les aggraver. Ce sera d’autant plus grave que le réchauffement climatique sera rapide et intense. L'Afrique a donc tout intérêt à voir et à contribuer au succès des accords sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, même si une partie de ces risques est irréversible, le dérèglement climatique étant déjà en marche. Il faut s’adapter dès maintenant car le climat d’aujourd’hui a des impacts déjà importants. Les moyens techniques existent (systèmes d’alertes précoces, assurances, protection des berges, meilleure gestion de l’eau, …) et les populations rurales ont par le passé fait preuve de capacités d'adaptation surprenante*. Néanmoins, il est essentiel que l’adaptation au changement climatique soit prise en compte à tous les niveaux de la prise de décision en matière de développement : politiques, plans, programmes et projets. De surcroît, des ressources financières suffisantes doivent être mobilisées pour financer la lutte contre le changement climatique.
* Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest (2015) Benjamin Sultan, Richard Lalou, Mouftaou Amadou Sanni, Amadou Oumarou, Mame Arame Soumaré (Eds),  éditions IRD, 464 pp.


Quid du dérèglement climatique ?

Benjamin Sultan

10/11/2015

Sous l'effet des émissions de gaz à effet de serre, la température du globe va augmenter fortement et rapidement. L'ampleur de ce réchauffement est encore incertaine : elle dépend de la façon dont on va limiter, ou non, nos émissions de gaz à effet de serre, ce qui est l'enjeu notamment de la COP21 à Paris. Selon les modèles de climat qui établissent les projections climatiques et les trajectoires d'émission envisagées par le GIEC, on estime que ce réchauffement atteindra entre 0,3°C et 4,8°C d'ici la fin du siècle. Cela aura des conséquences importantes sur le climat dans de nombreuses régions du monde, avec l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des événements extrêmes (canicules, sécheresses, inondations, cyclones...) et des risques élevés pour de nombreux écosystèmes (fonte des glaciers, acidification des océans, migration et disparition d'espèces) y compris pour l'homme (augmentation de la pauvreté, insécurité alimentaire, baisse des ressources en eau potable, problème de santé...). Même en prenant des mesures massives et immédiates pour réduire nos émissions, le dérèglement climatique est déjà en marche et il faudra s'y adapter pour réduire au maximum ses conséquences.

Dans le cadre de notre site, nous utilisons des cookies.
En poursuivant la navigation, vous acceptez notre politique des cookies.