Retour

Bruno Romagny

Économiste (des ressources naturelles renouvelables)


Zone(s) géographique(s):

Maghreb, Afrique de l’ouest, Méditerranée

Mon parcours:
Je suis économiste, directeur de recherche à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Depuis ma thèse soutenue à l’Université de Nice Sophia-Antipolis en octobre 1996, je m’intéresse tout particulièrement à l’analyse des biens communs et à leurs modes spécifiques de gouvernance. Depuis septembre 2000, je suis membre du Laboratoire Population-Environnement-Développement (LPED, UMR 151 IRD-AMU, Marseille). J’ai soutenu mon HDR fin 2009 au sein de l’ED d’économie d’Aix-Marseille. J’ai exercé des fonctions (à mi-temps) de chargé de mission scientifique auprès des directeurs du Département « Sociétés » de l’IRD, au siège à Marseille (2011-2014), Laurent Vidal et Luc Cambrézy. Je vis et travaille depuis octobre 2014 à Rabat, en famille. Je suis engagé dans la coordination du programme « Innovations autour de la valorisation des spécificités locales dans les arrière-pays méditerranéens » (ANR TRANSMED, 2013-2018). J’exerce actuellement les fonctions de co-directeur du Laboratoire Mixte International MediTer - Terroirs méditerranéens : patrimoine, mobilité, changement et innovation sociale (2016-2020), implanté au Maroc (Rabat & Marrakech) et en Tunisie. Mes recherches m'ont conduit à travailler d'abord en Côte d'Ivoire (1997-2000) sur le secteur des pêches maritimes, juste après avoir été recruté à l’ORSTOM en février 1997 (devenu IRD en 1999), puis sur l'eau au Maghreb et sur la désertification en Tunisie (2002-2006). Enfin, depuis 2003, je travaille au Maroc sur diverses thématiques: systèmes coutumiers de gestion des ressources (adgals, etc.), filières et dispositifs de valorisation des produits de terroir... dans le cadre de plusieurs expertises et programmes de recherche pluridisciplinaires réalisés en partenariat.

Mon sujet d'étude:
Voir ci-dessus. De façon plus générale, les questions d'accès, d'usage et les modes d'appropriation des ressources renouvelables (eau agricole, forêts, pâturages, biodiversité, etc.), ainsi que les difficultés que soulève leur gestion concertée à une échelle locale au Sud, constituent le cœur de mes travaux.

A propos de moi :

Pour quelle(s) raison(s) ai-je choisi ce métier ?
Les hasards et opportunités de la vie en premier lieu. La liberté de pensée, de penser et l’autonomie dans l’exercice des fonctions, peu de rapports hiérarchiques quand on est chercheur statutaire mais cela dépend des contextes. Diversité des tâches et des thématiques, aucune journée ne se ressemble même si elles ont toutes des « passages obligés » (traitement des mails et de l’information, etc.). Apporter une modeste contribution à la production des connaissances dans mon domaine et à leur diffusion vers la société civile.

J'aime :
Cf. ci-dessus pour le métier. Pour le reste, c’est privé :-)

Je n'aime pas :
Certaines évolutions de mon métier depuis une dizaine d’années, mais aussi de nos sociétés, les idées arrêtées, la manipulation des esprits, le manque d’imagination, la mauvaise foi, etc.
Qu'est-ce que je fais quand je ne cherche pas ?
Famille, amis, voyages, rien

Si j'étais quelqu'un ou quelque chose d'autre ?
Agriculteur ou travailleur indépendant, mais pas du genre auto entrepreneur uberisé, maire d’une petite commune, un chat

Un signe distinctif :

4 beaux garçons, pas de fille dans mes enfants

Posez
vos questions !

Dans le cadre de notre site, nous utilisons des cookies.
En poursuivant la navigation, vous acceptez notre politique des cookies.