Retour

Jean-Philippe Chazarin

Métrologue


Zone(s) géographique(s) :

Europe, Afrique de l'Ouest, Asie et Amérique du Sud


Mon parcours:

Après un B.E.P d'Opérateur Géomètre et un D.U.T Informatique, j'ai été affecté pendant 6 ans en Bolivie, avec les programmes HIBAM (Amazonie) et Great-Ice (glaciers), puis 3 ans en Équateur avec le programme Great-Ice.


Mon sujet d'étude :

La mesure, vaste domaine...

A propos de moi...

Pour quelle(s) raison(s) ai-je choisi ce métier ?

Parce qu'il me correspond exactement et que j'aime trouver des solutions à des problèmes techniques.

 

J’aime / Je n’aime pas :

J'aime la simplicité, le pratique et ce que je trouve beau (c'est relatif).

Je n'aime pas la mauvaise foi, l'incivisme, l'injustice...

 

Qu’est-ce que je fais quand je ne cherche pas ?

Je trouve !!! Non, je fais du jardinage, de la mécanique, du bricolage et plein d'autres choses.

 

Si j'étais quelqu'un ou quelque chose d'autre ?

Certainement quelqu'un de sérieux.

Un signe distinctif :

Optimisme et bonne humeur, un peu trop perfectionniste.

Posez
vos questions !


Où peut-on trouver les stations météo ?

On peut trouver des stations météo partout dans le monde. Certaines sont destinées à surveiller le temps présent et d'autres à but scientifique.
Surveiller le temps présent est souvent associé à la sécurité des gens (comme dans les aéroports ou sur les réseaux routiers), pour prédire le temps qu'il va faire demain ou encore pour gérer la production d'énergie. Dans ce cas, les stations météo vont mesurer la température et l'humidité de l'air ou du sol, la vitesse et la direction du vent, la pression atmosphérique, la hauteur des cours d'eau, la pluie, la hauteur de neige... Ces stations sont reliées en temps réel à des services qui déclenchent immédiatement une alerte en cas d'anomalie, pour empêcher un avion d'atterrir à cause du brouillard, de fermer une route à cause du verglas ou de vider des barrages car une crue arrive.

Les stations à but scientifique, elles, servent à explorer et comprendre les paramètres environnementaux, c'est-à-dire essayer de comprendre ce qui se passe et comment les différents éléments climatiques interagissent entre eux. Il existe tout plein de paramètres différents, comme les rayonnements solaires, les radiations, les composants de l'air (gaz carbonique, oxygène, azote...) et de l'eau (oxygène dissous, conductivité, salinité...), l'évaporation, la sublimation, etc. Toutes ces mesures alimentent des modèles de prévision climatique qui vont tenter de prévoir le climat dans 10, 50 ou 500 ans.
Les stations météorologiques se trouvent ainsi dans tous les climats possibles et imaginables : au sommet des montagnes, dans les plaines, en mer sur des bouées, dans le désert et dans la forêt et même aux pôles. Elles subissent donc des contraintes extrêmes. Elles doivent être résistantes au chaud ou au froid, à l'humidité ou à la sècheresse, et la plupart sont tellement isolées qu'elles doivent aussi être autonomes en énergie et être équipées de panneaux solaires ou tout autre équipement qui puisse assurer leur fonctionnement. Toutes les données qu'elles mesurent sont stockées sur place dans leur centrale d'acquisition de données et certaines stations retransmettent régulièrement leurs données par téléphone (GPRS) ou par satellite (voir le film de Stacy-Météo). D'autres, par contre doivent être relevées manuellement et nécessitent une visite (comme dans le film de Pluvila).

Dans le cadre de notre site, nous utilisons des cookies.
En poursuivant la navigation, vous acceptez notre politique des cookies.